Kabylie : Violation de la journée qui est censé être de droits humains

Les forces de l'ordre de l'état algérien bafouent les droits de l'homme


Algérie (Monde Kabyle) - Hier, 10 décembre 2016, était la Journée Mondiale des droits de l'homme. Tous les pays du monde, à savoir toutes les nations intercontinentales, ont donné l'importance à cette journée sacré, voir même ont fêté dans certains et rendu valeurs dans d'autres. Mais le cas d'un seul et unique pays, cette journée a été bafoué, saccagé et ridiculisé d'une manière violente. Les droits de l'homme à cette journée en Algérie ont été marginalisés.

Une conférence-débat en Kabylie, dans la région de DBK (Draa Ben Khedda) a été annulé, sous prétexte qu'il y'avait une faute lors de l'autorisation. En effet, les citoyens qui sont venus pour assister à cette conférence, se sont senti trahis.

En outre, tout au long de la journée du 10 décembre, la Kabylie a enregistré plus de quarante arrestations arbitraires des militants, qui sont venus d'un peu partout pour assister à un rassemblement des droits de l'homme.

À Tizi-Ouzou, la BRI ( Brigade de recherche et d'interventions ) coloniale a occupé le lieu du rassemblement prévu à la place Matoub Lounes pour soutenir les 170 détenus mozabites voir même Slimane Bouhafs. Entre autre, la plupart des militants des droits de l'homme qui ont voulu ce rendre à ce rassemblement, notamment les militants et cadres du MAK, ont été tous arrêtés par la police politique algérienne. Ils n'ont pas pu avoir leur liberté qu'après plusieurs interrogatoires poussés, à la fin de la journée.

À Vgayet, c'était aussi le même cas, au début de la journée, trois militants du Mouvement Souverainiste Kabyle, ont été arrêtés dont l'ex-secrétaire général du MAK. Ils ont été embarqués au commissariat de la police de vgayet, là où ils ont été violemment interrogés. Les militants ont été relâchés au environs de 14h. Pour cela, le rassemblement qui était prévu se dérouler à la place Said Mekbel a été empêché par la mobilisation de la police de vgayet pour arrêter toute personne partante à ce rassemblement.

En effet, les deux rassemblements ayant pour sujet la violation des droits de l'homme ont été empêchés par les forces de l'ordre de l'État algérien.

De cette manière que l'Algérie commémore une journée qui censé être des droits humains. Elle célèbre cet événement en arrêtant des militants saints et en interrogeant des personnes innocentes au lieu de s'occuper de la santé de la société, qui est elle aussi menacé par la corruption.

La Rédaction, le 11 Décembre 2016

Fourni par Blogger.