Bouaziz Ait Chebib soutient la grève-marche du 02 janvier à Tizi Ouzou




La détérioration de la situation socio-économique de la Kabylie, ravagée par la politique destructrice d’Alger, est des plus inquiétantes. De sa déstructuration à son asservissement fiscal, la Kabylie est exsangue.

En effet, avec un État central qui œuvre dans le sabotage et le chantage économiques, des collectivités territoriales dépourvues de pouvoirs et ne disposant guère d’une fiscalité locale propre, des entreprises endettées et fiscalement étouffées et un  taux   de chômage qui, selon les chiffres officiels, dépasse les 30% avec 54 % pour les moins de 30 ans, le tissus socio-économique est poussé au pourrissement.

En plus de détourner les grands projets de développement économique, à l’image de la raffinerie de Vgayet, le régime colonial algérien en entretenant la corruption et l’insécurité, en cultivant le harcèlement bureaucratique et fiscal  et en exerçant toute forme de pression sur les entreprises kabyles pousse ces dernières à délocaliser et décourage les investissements.

En Algérie, l’administration fiscale n’est performante qu’en Kabylie, qui détient, il faut le rappeler, le record du taux de recouvrement de l’impôt au niveau algérien. Ce constat est consolidé par l’acharnement de cette administration qui avait même refusé tout allègement fiscal au profit des entreprises qui n’avaient travaillé qu’à moitié durant les événements du printemps noir. Par ailleurs, un opérateur économique en Kabylie gagne moins que le grossiste à qui il vend ses produits, puisque, lui, ne paye rien dans sa wilaya. La collecte des impôts se fait de manière inéquitable et toujours au détriment de l’investissement en Kabylie.

La loi de fiance algérienne 2017 montre que le gouvernement algérien table sur des prévisions plus pessimistes que les experts malgré ses assurances publiques régulièrement réitérées concernant un rebond du prix du pétrole dès 2017-2018. La nouvelle hausse des taxes va accentuer la misère et les inégalités sociales.

Pour mettre un terme à l’injustice fiscale qui fait du contribuable kabyle un serviteur taillable et corvéable à merci, pour prémunir la Kabylie contre des lendemains dramatiques, l’avènement d’un État kabyle démocratique et social est une exigence de l’histoire. 

Le Collectif des Associations Professionnelles du département de Tizi-Wezzu appelle  à une marche et une grève générale, qui auront lieu Lundi 02 Janvier 2017.  En tant que citoyens kabyles, nous ne pouvons que nous associer à cet appel pour exiger le droit inaliénable « de vivre et de travailler dans la dignité. ».

Bouaziz Ait-Chebib

Fourni par Blogger.