Communiqué de Bouaziz Ait Chebib et de Hocine Azem sur l'interdictions des différentes conférences




Communiqué (Monde Kabyle).


Alors que la répression s’abat sur toutes les franges de la société, plus particulièrement les militants kabylistes, le pouvoir algérien s’attaque systématiquement aux Homme et Femmes de Culture.

Comme dans tout régime totalitaire, l’ignorance est la colonne vertébrale de la politique algérienne. Un peuple inculte est une proie facile à la duperie et à la soumission.

Le régime algérien redouble d’ingéniosité pour instaurer l’inculture, l’intolérance, le reniement identitaire, la médiocrité et l’incompétence comme des éléments fondateurs de l’Etat. C’est ainsi qu’il est passé à une vitesse supérieure dans sa lutte contre le kabylisme. Après l’empêchement des rassemblements des souverainistes kabyles sous le prétexte fallacieux de l’absence d’autorisation, il interdit les rencontres organisées par des centres culturels et cafés littéraires qui activent pourtant dans le cadre des lois algériennes, pour la simple raison que leurs invités échappent au contrôle de la corruption financière et spirituelle érigée comme mode de gouvernance.

Les conférences que devaient animer les deux écrivains kabyles Younes Adli et Larvi Yahioune sur la pensée kabyle, puis Kamel Daoud , écrivain et journaliste algérien qui dénonce l’escroquerie historique relative à l’Arabité de l’Afrique du nord, ont été purement et simplement interdites. La démocratie fait peur aux promoteurs du totalitarisme, de l’obscurantisme et de la pensée unique. 

Karim Akkouche, de son côté, a été contraint de quitter l’Algérie, après avoir fait l’objet de menaces et l’humoriste, Fellag, a fait l’objet d’un lynchage médiatique honteux pour avoir dit une vérité qui dérange l’Algérie arabo-islamique. 

Désormais, aucune voix contestataire ou vision remettant en question l’ordre colonial établi n’est tolérée. Ainsi, le régime algérien, en digne disciple du nazi Joseph Goebbels, sachant qu’il est incapable de convaincre par ses idées, il a décidé de réduire le vocabulaire de façon à ce que plus personne ne puisse exprimer que ses idées à travers des slogans creux et mensongers mais ô combien efficaces. 

Fidèle à l’esprit démocratique incarné par Tajmaεt et notre attachement aux libertés fondamentales, nous apportons notre soutien indéfectible aux Hommes et Femmes de Culture victimes de la répression de l’État algérien qui veut museler les voix qui sèment le savoir et l’espoir.

Un peuple ne peut trouver quiétude et sécurité que dans le cadre de son propre État. Le peuple kabyle ne peut pas déroger à cette règle et de ce fait, il est condamné à recouvrer sa souveraineté pour bâtir un avenir de dignité, de liberté et de prospérité.

Bouaziz Ait Chebib et Hocine Azem



Aucun commentaire

Fourni par Blogger.