Communiqué. Toutes et tous contre la répression en Kabylie


Communiqué (Monde Kabyle) - Toutes et tous contre la répression en Kabylie


La répression du régime algérien continue de s’abattre sur les souverainistes kabyles. Le combat arrive à une étape où la seule issue est la conjugaison de toutes les forces vives de la Kabylie.

La scène politique kabyle fait l’objet d’un vaste plan de musellement politique indépendamment des obédiences des uns et des autres. On a vu la conférence du RPK interdite à At Wasif , ce qui nous a démontré que le régime algérien ne fait pas la différence entre autonomistes et indépendantistes et que le seul fait d’être pour un État kabyle de quelque manière que ce soit constitue un motif suffisant pour être réprimé.

Des cadres politiques souverainistes sont persécutés en permanence par la police politique du pouvoir algérien dans leur vie quotidienne sans pour autant que les défenseurs des Droits de l'Homme ne soulèvent la moindre objection, s’abstenant, toute honte bue, de dénoncer ces pratiques de violation grave et systématique des droits fondamentaux.

Alors que l'ancien Président du MAK Bouaziz Ait Chebib fut interpellé pour la énième fois le 16 avril 2017 à Tizi-Ouzou par la police algérienne en raison de son combat politique, que tout un chacun sait pacifique, des agents du régime colonial algérien commettent les pires exactions à l'encontre des citoyens kabyles sans qu'ils ne soient aucunement inquiétés.


Le feuilleton du harcèlement des militants du MAK suit son cours, et cette fois, c’était au tour de trois étudiants (deux étudiantes et un étudiant) d’être interpellés en pleine rue, et d’être embarqués arbitrairement au commissariat pour subir les interminables interrogatoires. La police s’est même permise de porter atteinte à leur dignité en leur demandant d’enlever leurs t-shirt, car ils sont frappés du drapeau kabyle, un signe ostentatoire selon le dictionnaire des mœurs du pouvoir algérien.

Le meeting du MAK-Anavad à Aqvu quant à lui, a été réprimé avec une violence inouïe, la ville a été assiégée par les forces de répression, les militants sont embarqués avant même d’atteindre le lieu du meeting. Nous dénonçons énergiquement le passage à tabac d’un vieux monsieur de soixante-cinq ans, seulement parce qu'il est le père d’un militant kabyle.

Le régime ségrégationniste d’Alger, à travers cette vague de répression féroce en pleine période électorale sensible, démontre sa volonté d’aller vers un embrasement général de la Kabylie. Une situation de violence qui n’arrangera que les intérêts d’une caste criminelle. Un régime né dans la violence, et qui a grandi dans la violence, ne peut évoluer que dans un climat de violence. Pour cela, nous appelons le peuple kabyle à la vigilance et à la sagesse, deux vertus qui permettront de déjouer ce plan machiavélique et d'aller vers un consensus qui est la seule voie salvatrice pour notre combat.

Nous réitérons notre soutien indéfectible à tous les détenus d’opinion, Slimane Bouhafs, Marzoug Touat, Imad Belaid, Kamal Eddine Fekhar et ses codétenus. Le droit d’avoir un avis et de l’exprimer est le plus fondamental des droits. Il est de notre devoir de nous battre pour garantir ce droit et nous tenons au caractère pacifique de nos luttes.


Le 20 avril est une date repère, une histoire et une source de leçons. Il est devenu le rendez-vous de l'union du peuple kabyle dans son intégralité. Nous appelons le peuple kabyle dans toutes ses franges à descendre dans la rue pour marquer cette journée et marcher dans l'unité et la dignité, quelles que soient les sensibilités politiques des uns et des autres. Marchons pour la fraternité, la communion et l’honneur de la Kabylie, marchons pour la mémoire de nos martyrs, afin que nul n’oublie.

Enfin, nous lançons un appel au peuple kabyle, dans les villes, les villages, pour rendre hommage aux victimes et aux blessés du Printemps Noir de 2001. Nous l’invitons à se recueillir sur les tombes de nos martyrs du printemps noir, à entretenir leurs mémoires, à sauvegarder leur histoire. Ils sont morts pour notre dignité, faisons que ce drame subi par le peuple kabyle ne l’ait pas été pour rien.


Signaitaires:


Bouaziz Ait Chebib

Hocine Azem

Mouloud Hamrani

Djamal Benzid

Boussad Becha

Belaid Amarkhodja

Youcef Guedache

Hassen At Mammar

Chaâvan Oumohand

Meziane Boulariah

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.