VIDÉO. Yalhane MECILI rend hommage aux héros kabyles de 1963




MUSIQUE (Monde Kabyle) - Yalhane Mecili comme à son habitude, avec son verbe acéré, tranchant et incisif, il nous revient avec un nouvel album, où nous pouvons trouver notamment la chanson intitulée "63", que nous vous partageons, Yalhane à travers cette chanson  il revient sur la révolte de Kabylie en 1963, révolte qui est conduite par Hocine AIT AHMED et le colonel Mouhand OULHADJ, pour faire face au clan d'Oujda, l'armée des frontières qui a pris de force le pouvoir en Algérie juste après la décolonisation de cette contrée en 1962.

Un épisode très douloureux et traumatisant pour de nombreuses générations de Kabyles qui n'ont repris confiance en elles qu'après les évènements d'avril 1980, ce qu'on appelle communément " Le printemps berbère" ou " TAFSUT IMAZIƔEN", c'est pour dire à quel point l'agression de l'Algérie indépendante sur la Kabylie en 1963, avait marqué les esprits et elle a pesé définitivement sur l'avenir du pays kabyle et sa relation avec la régence d'Alger jusqu'à nos jours.

Un bel hommage en deux langues (kabyle et Française) à ces héros kabyles qui ont payé de leur vie, leur refus de l'indignité et l'humiliation et surtout leur refus d'une nouvelle colonisation plus féroce que la précédente, qui veut les assujettir et annihiler leur identité et mettre fin à l'existence du peuple kabyle.

Voici l'intégralité du texte de la chanson suivie de son clip vidéo "63"

Texte (paroles) : 

A peine descendu du maquis, il faut remonter 
Même pas le temps de goûter à la liberté 
Même pas le temps de goûter à la liberté 
A peine descendu du maquis, il faut remonter 
Nous sommes décidés à entrer en dissidence 
On ne peut pas les laisser confisquer l’indépendance 
Notre révolution a suscité tant d’espoir 
Mais notre rêve tourne au cauchemar 
Pouvoir personnel, parlement croupion 
En coulisses l’armée des frontières avance ses pions 
Si nous avons brisé nos chaînes de damnés de la terre 
C’est pas pour accepter une dictature militaire ! 
Nous sommes pacifistes mais jamais on n’hésite 
A prendre le fusil pour défendre nos principes 
Nos traditions villageoises sont démocratiques 
Naturellement allergiques au parti unique 
Telles sont les raisons pour lesquelles en cette année 
Depuis Michelet nous relançons la lutte armée 
Que cette date reste toujours dans les mémoires 
Comme une des pages les plus glorieuses de notre histoire 

Refrain
D tilelli i nettargu, d tawaɣit id-yusan
Ibeddel ucengu, uɣalen-d iɣeblan
Asmi fɣen iṛumyen, d uccanen id-ikecmen
Ur nettaǧǧa ara tamurt deg fassen-nsen 
L’indépendance à peine arrivée déjà partie
Le clan d’Oujda prend le pouvoir, on prend le maquis
Jmeε liman, on défendra nos droits
Et l’histoire se souviendra de 63

Le pouvoir sent le danger
Nous traite de séparatistes au service de l’étranger
Mais nous appelons toutes les régions à se joindre à la lutte
Rendre la parole au peuple est notre seul but
Très vite les balles fusent, la répression s’abat
Des bataillons de soldats ratissent le Djurdjura
Dans les commissariats ça torture à tour de bras
A c’qui paraît ils sont plus cruels que les paras !
Et dire qu’ils étaient nos frères hier
Quand les généraux français lançaient leurs opérations meurtrières
Aujourd’hui ces nouveaux colons pillent nos maisons
Tirent sans sommation, nous jettent en prison
Décapitée, la rébellion est vaincue
Mais pas les idées pour lesquelles on a combattues
Elles sont des graines plantées pour nos enfants
Qui demain feront germer un nouveau printemps…
400 martyrs tombés pour ce pays
Qu’ils reposent en paix, ad fell-asen yaεfu Rebbi
Que cette date reste toujours dans les mémoires
Comme une des pages les plus glorieuses de notre histoire

Refrain
D tilelli i nettargu, d tawaɣit id-yusan
Ibeddel ucengu, uɣalen-d iɣeblan
Asmi fɣen iṛumyen, d uccanen id-ikecmen
Ur nettaǧǧa ara tamurt deg fassen-nsen 
L’indépendance à peine arrivée déjà partie
Le clan d’Oujda prend le pouvoir, on prend le maquis
Jmeε liman, on défendra nos droits
Et l’histoire se souviendra de 63

D awezɣi ad nettu wid yeɣlin

ɣef tugdut deg tlata u settin

Ruḥen wudmawen qqimen-d yismawen

Ddren d irgazen muten d izmawen


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.