Le président de l'Anavad réagi sur l'interdiction de la marche prévu à Tuvirett



COMMUNIQUE (Monde Kabyle) - le président de l'Anavad Ferhat Mehenni régit après la répression exercé sur les militants du MAK-Anavad aujourd'hui à Tuvirett. Son communiqué publié par l'agence du mouvement est celle-ci. 


Déclaration du Président de l'Anavad.


La marche du MAK-Anavad à Tuvirett, ce 20/05/2017, a donné lieu à un déploiement de pas moins de 15000 hommes (gendarmes et policiers) pour l’empêcher. Des barrages ont été dressés sur l’ensemble des accès à la ville.

Les manifestants kabyles, pacifiques et désarmés ont eu en face d’eux des troupes armées et violentes. La barbarie avec laquelle ont été accueillis les marcheurs témoigne de la haine et du racisme d’Etat envers les Kabyles.

En effet, depuis 1962 le peuple kabyle est traité en ennemi et son territoire est militairement occupé. La Kabylie qui n’accepte plus d’être victime du colonialisme algérien n’a pas supporté la répression de ses enfants le 20 avril 2017 à Tuvirett. Cette répression masque mal la certitude de l’avènement inéluctable de l’indépendance de la Kabylie qu’il y aurait lieu d’amputer de la ville de Tuvirett. Nous sommes déjà dans une bataille territoriale.

L’Anavad, son premier Ministre, Mas Lhacene Ziani et son président Mas Ferhat Mehenni, saluent le courage des militantes et militants kabyles qui viennent de braver une armée coloniale de la rerépression et appellent les instances internationales à se solidariser avec les centaines de manifestants arrêtés.

Ils condamnent autant le déploiement du dispositif répressif par le colonialisme algérien que la violence dont il a usé et abusé contre les Kabyles.

Ils exigent la libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées et mettent en garde Bouteflika contre toute atteinte à leur intégrité physique et morale.

L’Anavad saisit le Conseil de Sécurité de l’ONU pour attirer son attention sur la violation des droits de l’homme par l’Algérie et les entraves opposées au droit du peuple kabyle à son autodétermination.


Ferhat Mehenni,
Le président de l’Anavad


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.