Bouaziz Ait-Chebib: "Toute notre solidarité avec le Kurdistan et la Catalogne"




COMMUNIQUE (Monde Kabyle) 

Les instances internationales à l’épreuve de « l’exercice effectif » de la démocratie au Kurdistan et en Catalogne

Au-delà de l’hostilité franche et ouverte, et du reste attendue, de la part des Etats voisins d’Irak, d’Iran et de Turquie face au référendum sur l’indépendance du Kurdistan ; en Kabylie, c’est avec un intérêt tout particulier que nous observons les réactions des instances internationales sensées garantir le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ; tout comme nous observons avec attention les réactions « édifiantes » des grandes nations occidentales, en particulier celles qui se targuent d’être des « références » en matière de défense des droits humains.

Et comme les masques les mieux ajustés finissent toujours par tomber, les réactions défavorables à l’exercice effectif de la démocratie et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes exprimées par l’ONU, l’UE, les USA et la France ne font que mettre à nu la réalité de leur véritable nature, c’est-à-dire néocolonialiste. Tous voudraient voir en effet les kurdes s’en tenir aux frontières du Traité de Lausanne (1923) qui a morcelé le territoire kurde sur quatre Etats-Nations afin de gérer, au mieux de leurs intérêts mercantiles, l’exploitation des ressources naturelles qui s’y concentrent.

Il en est de même pour la Catalogne où l’Espagne, l’Europe et l’ONU décrètent la consultation populaire catalane « illégale », prouvant par-là, et pour la seconde fois, que la démocratie occidentale et sa notion aléatoire de la légalité sont des valeurs à géométrie variable, valables uniquement s’elles sont assujetties à leurs seuls intérêts.

Quoi qu’il en soit, il est certain que les peuples colonisés et tous les peuples mis de force sous la tutelle d’autrui, en dépit même de leur volonté largement exprimée, finiront tôt ou tard par se libérer des chaines qui entravent l’acquisition légitime de leur souveraineté.

Aujourd’hui, c’est la Catalogne et le Kurdistan irakien qui mettent à l’épreuve les instances internationales en les confrontant publiquement aux lois de façades qu’elles ont érigés. 

Demain, ce sera la Kabylie, le Rif ou l’Azawad qui iront frapper aux portes du droit. Nonobstant les réponses que nous y recevrons, il ne sera pas dit que ce sont les peuples colonisés qui sont dans l’illégalité.

Quelles que soient les divergences qui peuvent exister entre les différents acteurs politiques souverainistes kabyles, ils partagent le même objectif stratégique : La libération de la Kabylie. De ce fait, toute démarche visant à donner plus de visibilité au combat du peuple kabyle sur le plan international est à saluer et à soutenir.

Toute notre solidarité avec le Kurdistan et la Catalogne.

Bouaziz Ait-Chebib

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.