La police de MEKLA à l'assaut des indépendantistes kabyles.


Fahem.S, un militant souverainiste qui paie cher son engagement et ses opinions politiques.


Tous les moyens sont bons pour pousser à bout un militant sincère et lui faire payer son engagement, Fahem est soumis à une pression continuelle, sachant qu'il a déjà connu ça en 2001 étant donné qu'il est lui-même une victime du printemps noir, des policiers en civil connus de tous à la ville de MEKLA le prennent assez souvent en filature et le suivent jusqu'à l'intérieur même des cafés, on refuse de lui délivrer son passeport  depuis plus de quatre mois, des impôts abusifs pour lui couper les vivres et le rendre vulnérable. Voici le lot des problèmes et contraintes qu'il vit au quotidien.



Fahem : " je vis un calvaire au quotidien, la pression est tellement énorme que parfois je m'étonne moi-même de ma patience et de ma capacité de résister"

En effet, les services algériens de sécurité  ne cessent d'intimider depuis des mois Fahem .S, et de l'harceler  sans arrêt, inquisition qui est accentuée depuis septembre 2016 et la dernière intimidation en date remonte à quelques jours seulement lorsque quatre  blindés de la brigade mobile des BMPG, sont arrêtés devant son lieu de travail, en son absence et ils ont complètement retourné son lieu de travail.

Lorsque Fahem a entendu parler de cet impressionnant convoie qui s'est déplacé à son lieu de travail il a préféré se rendre de lui-même  au commissariat de MEKLA, une fois sur place il a été soumis à un long interrogatoire sur les moindres déclarations qu'il a faite sur sa page Facebook.

La police politique lui reproche le fait de participer à l'organisation de la dernière commémoration du 14 juin, à Mekla-centre, ainsi que le partage de l'appel au rejet des prochaines élections locales, appel rédigé et signe par des militants indépendantistes de MEKLA ( IMEƔNASEN N TLELLI ), une position qui est honteusement partagée par les responsables locaux du RCD, qui comme par enchantement trouve leur intérêt dans ces intimidations destinées à faire taire les militants de la liberté de la région de MEKLA.

Qu'est ce que l'état algérien à travers ses services de répressions reproche à Fahem. S, finalement ?

Voici, un souverainiste de plus qui se retrouve sans emploi, puisque son commerce est fermé pour l'instant, sans passeport pour pouvoir quitter ce calvaire, mais de grâce nous ne laissons pas sans soutien.

Rédaction MK

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.