Kabylie - Catalogne: Comparaison générale par Racid At Ali uQaci


Mis à part le son K par lequel commencent les noms de ces deux pays, tout comme le Kurdistan et le Quebec (Kibik), quelle comparaison peut-on faire entre ces deux pays méditerranéens que sont la CATALOGNE ET la KABYLIE?




Avec ses 7.5 millions d’habitants, la Catalogne, plus peuplée que le Danemark,  représente 17% de la population d’Espagne. 

C’est à peu prêt le même nombre d’habitants que la Kabylie et le même pourcentage de sa population par rapport à celle de l’Algérie. Approximativement la CATALOGNE ET la KABYLIE ont aussi la même superficie.

Les catalans parlent une langue commune, le catalan qui est la langue officielle et donc la langue première de l’administration, de l’école, du gouvernement, du parlement, de la police et plusieurs autres institutions en Catalogne. 

De plus la Catalogne possède 18 chaines TV qui s’adressent aux citoyens catalans dans leur propre langue et non pas en espagnole. 




Ce n’est pas le cas de la Kabylie ou la langue kabyle n’est pas la langue officielle, et donc pas celle de l’administration (Mairies, Wilayas, Dairas), ni des tribunaux, ni de la police, ni de la gendarmerie, ni, ni, ni … ou toutes ces institutions fonctionnent dans une langue étrangère importée il y’a 14 siècles de cela. 

Il va sans le dire que la pays kabyle (ou Bled Leqbayel comme disent les arabophones d’Algérie), ne possède aucune chaîne TV à vision et au contenu 100% kabyle. Un TV qui parle à ses citoyens exclusivement en Taqbaylit, dans tous les domaines de la vie et de l'au delà.  

En 1979 le statut d'autonomie de la Catalogne lui a été accordé par la monarchie d’Espagne. L’année d’après, et suite au printemps kabyle, dit amazigh, de 1980, le regretté Hocine Ait Ahmed dans une interview accordée à la TV française Antenne 2 (ex. France 2) a revendiqué le même statut d'autonomie pour la Kabylie que celui de la Catalogne pour l’Espagne ou les cantons du pays Suisse ou il a vécu son exil. Mais la presque monarchie d’Alger ne l’ait pas écouté. D’ailleurs ni lui (Dda Lhusin), ni les structures de son parti (FFS) n’aient jugé utile de donner suite à cette formidable vision et quel dommage!. Écoutant le :

https://www.youtube.com/watch?v=_wVBUWputuU

Profitant de ce statut d'autonomie de la Catalogne 14 autres communautés autonomes, dont  Madrid, l’Andalousie, Aragon, Iles Canaries (d'origine amazighe), …  ont profité en obtenant également leurs propres statuts d'autonomie en 1985. De nos jours en 2017 ils sont 17 communautés autonomes.




C’est comme si la Kabylie aurait eu son statut d'autonomie en 1980 et 5 plus tard, l’Algérois (l’équivalent de Madrid), Vallée de Mzab, Chaoui, l’Oranais, le Constantinois et le grand Sud auraient eu également leurs statuts d’autonomie. 

Pourtant les révolutionnaires kabylo-chawis Abane Ramdane, Larbi Benmhedi, Zighout Youcef, Krim Belkacem et autres acteurs du congrès de la Soummam en ont déjà tracé en août 1956 d'une Algérie multiculturelle, multilingue et multiconfessionnelle à l'image de la diversité sociale qui la caractérise. 

Pour rappel les 6 wilayas historiques étaient complètement et largement  autonomes, y compris sur les deux plans FINANCE et MILITAIRE ou la Kabylie était la plus riche et la plus forte. La 7ème wilaya, Fédération FLN de France dont 90% de la composante est kabyle, a aussi joué un grand rôle pour financer la révolution (confisquée) via la wilaya III (Kabylie).

C'est grâce à la large autonomie  de  la Catalogne, que celle-ci est devenue la région la plus riche de l'Espagne  avec le plus élevé PIB (Produit intérieur brut) qui est de 19% en 2016, le deuxième étant celui de Madrid (18,6%). Elle tire cette richesse principalement du tourisme avec ses plages ensoleillées de la Costa Brava et ses 18 millions de touristes étrangers accueillis en 2016, soit un 1/4 des visiteurs arrivés en Espagne.

D’après les chiffres donnés par BFMTV, le poids économique de la Catalogne est le plus important d’Espagne avec 18,4% des entreprises actives espagnoles. La région compte 41.130 entreprises dans l’industrie et 80.318 dans la construction, deux secteurs très porteurs en termes d’emploi. Par exemple les constructeurs automobiles Nissan et Volkswagen, via sa marque Seat, y possèdent des usines de production.




La Catalogne possède l’un des taux de chômage les moins élevé de l’Espagne avec 13,2% de sa population active, contre 17,6% à l'échelle nationale. Elle est de très loin la première région exportatrice d'Espagne, avec un 1/4 des ventes de marchandises à l'étranger en 2016. Plusieurs grandes entreprises ont leur siège à Barcelone dont le groupe textile Mango, la banque CaixaBank, le géant gazier Gas Natural, le groupe autoroutier Abertis, le parfumeur Puig. Il va sans le dire que le plus célèbre et riche club de football du monde est le FC Barcelone (club phare de la capitale catalane).

A titre de comparaison, la Kabylie, qui jadis avait un grand club de football (JSK), ne gagne rien de l’état central kabylophobe d'Alger. Elle  a toujours compter sur ses enfants émigrés, de part leurs pensions et aides, pour vivre, se nourir et construire ses propres habitations.



Au moment ou les seules habitations que le pouvoir central d'Alger a construit en Kabylie sont essentiellement celles de ses corps constitués (polices, gendarmes, militaires et pompiers), ses administrateurs (chefs Dairas et Walis), ses imams et ses repentis terroristes en très grande majorité arabophones. Une ruse pour renforcer le processus d'arabisation en Kabylie. Sans oublier la relocalisation des habitants de bidonvilles tous arabophone que le système a fait venir directement ou indirectement, plusieurs années avant, d'ailleurs vers Kabylie pour affaiblir la Kabylité (langue et valeurs).




La Kabylie possède ainsi un taux de chômage le plus élevé en Algérie alors que c'est elle qui paye le plus d’impôts à la régence d'Alger. Celle-ci, comme ses ancêtres Deys et les Kaids turcs, au 16ème et 17ème siècles, ne cherchent de la Kabylie que leurs impôts.

En contre partie la Kabylie compte le plus grand  nombre de mosquées, principal créneau ou l’état algérien investit le plus en Kabylie. Soit directement ou indirectement via les salafistes (et les repentis de la concorde nationale) qu’il (état algérien) manipule ou tolère volontairement dans leurs projets de construction de mosquées à chaque coin de rue ou de village. Des projets financés avec de l’argent occulte versé légalement sur des comptes de banques algériennes, soit disant contrôlées par l’état. 




En 2004, le ministre des Affaires religieuses M. Ghoulamallah a avoué clairement que son ministère gère directement l’ensemble des 15 000 mosquées du pays, dont la moitié se trouve dans la seule wilaya de TIZI OUZOU. Et qu’aucune n’échappe à notre administration a-t-il dit. 

Et de continuer que celle-ci (son administration) supervise, indirectement, par le biais de son directeur des affaires religieuses, la totalité des projets de mosquées en construction.

M. Ghoulamallah a également la franchise de reconnaître le déficit en matière d’encadrement en KABYLIE. Dans cette région, toutes les mosquées n’ont pas d’imams désignés, voire pas d’imams du tout. Et l’état algérien s'en charge pour y remédier en faisant venir des imams arabophones (non kabyles), dont la pensée, la mentalité et le mode de fonctionnement n'ont rien avoir avec les valeurs spirituelles kabyles. Au contraire ces imams sont complètement en symbiose avec le salafisme, une pièce maîtresse du régime d’Alger pour déstructurer la société kabyle.




C'est celà donc le souci majeur du régime algérien, surtout depuis l’arrivée de Bouteflika en 1999, qui entre autres projets industriels hors Kabylie, a mis en place 3 usines de voitures dans sa région à l’Ouest. Comme  l’usine d'assemblage de Volkswagen à Relizane, l’usine d'assemblage de Hyundai installé à Tiaret ou encore Renault Symbol, soi disant, “made in” Algeria de Oued Tlellat, près d’Oran.

A titre de rappel les milliers de nouvelles mosquées construites par Bouteflika, ses salafistes et ses repentis, souvent elles sont en face de nombreux bars, bordels clandestins tolérés ou hôtels de luxe (Tichy, Awqas, Tigzirt, Azefoune...), ou une autre catégorie (de kabyles) aille verser leurs colères et leurs plaisirs. 

Façon de pleurer ou d'oublier un peu leur désespoir ou leur mauvais sort d’appartenir à un pays qui ne leur donne aucune perspective d’avenir, aucune prospérité, aucune sécurité mais surtout aucune assurance quand à la protection de leur langue, leurs valeurs et leur héritage multilinéaire, qu'ils voient le mort dans l’âme,  se dissiper au fur et à mesure que les années passent. 




Surtout depuis 1999 et principalement depuis 2011, l’année de la fausse ouverture de l'audiovisuel au privé avec son lot de 60 chaines TV qui dénaturent et dépersonnalisent le kabyle, et l'amazigh en général, chaque jour un peu plus.


En conclusion, et en attendant les jours meilleurs en terme de gouvernance, vivement la TQ5, taqbaylit TV, pour dire toutes ces vérités et parler d'autres questions qui engagent l'avenir de la Kabylie en termes de l'Education, Economie, Environnement, Sciences, Technologie, Enfance, Alphabétisation,...

Et ce en attendant d'autres chaines qui vont abonder dans le même sens et la même vision. En nombre suffisant, au moins le nombre des 18 chaines catalanes. Autrement on est encore loin du nombre de 47 chaines kurdes (publiques et privées).

A partager à plus grande échelle.

Racid At Ali uQasi
Partagé par Monde Kabyle

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.